Ensemble Vocal Alingavia de Langeais
Qui sommes nous ?
Le choeur
Notre chef
Alingavia ?
Repertoire 2017
Repertoire 2016
Repertoire 2015
Repertoire 2014
Repertoire 2013
Repertoire 2012
Repertoire 2011
Repertoire 2010
Repertoire 2009
Repertoire 2008
Repertoire 2007
Repertoire 2006
Repertoire 2004
Salon V&D
Mariage
Concert a la carte
Presse 2017
Radio
Presse 2016
Presse 2015
Presse 2014
Presse 2013
Presse 2012
Presse 2011
Presse 2010
Presse 2006-2009
Integrer le choeur
Contacts
Page choriste accueil

1ère partie        

Tollite Hostias, Oratorio de Noël opus 12, n°10

Quare fremuerunt, Oratorio de Noël opus 12, n°6

Camille Saint-Saëns, 1858


O salutaris, extrait de la « Messe aux Chapelles »  Charles Gounod, 1890


Ave Maria, FWV62

Andantino

Deus meus, extrait des « Sept paroles du Christ »   

César Franck, 1858


Stabat Mater

Charles Gounod, 1867


Ave verum, opus 65 n°1

Gabriel Fauré, 1894

                        

2ème partie      

Variations sur le cantique 130

Klaas Bolt


Ave verum

Camille Saint-Saëns, 1860


Panis angelicus, FWV 61 (1861)

Psaume 150 (1888)

César Franck


Cantique de Jean Racine, opus 11 (1864)

Maria mater gratiae, opus 47 n°2 (1888)

Gabriel Fauré


Ave Maria

Louis Vierne, 1890

Oeuvres sacrées

Gabriel Fauré, César Franck,

Camille Saint-Saëns, Charles Gounod

Concert de musique française avec orgue de la fin du XIXème siècle


Direction : Catherine Martin

Orgue : Antoine Janod

Affaiblie par les grands bouleversements politiques de la Révolution française et des révolutions du début du XIXème siècle, l’Eglise repart à la conquête de nouveaux fidèles à partir des années 1850.

Parallèlement, la musique religieuse, jusque là assez largement délaissée par les compositeurs romantiques au profit de l’opéra omniprésent et des salons

musicaux, trouve un nouvel essor.

C’est dans ce cadre que s’inscrivent les oeuvres des quatre compositeurs présents dans ce programme. A travers elles, nous retrouverons les deux grands courants qui irriguent la musique religieuse tout en s’opposant, parfois chez un même compositeur :

- le goût du faste, du grandiose, du solennel (Psaume 150 de Franck, extraits de l’Oratorio de Noël de Saint Saëns)

- la volonté de restauration d’une expression plus intime de la foi (Ave Maria de Franck, Ave verum de Saint Saëns et de Fauré)


Du Stabat mater de Gounod, presque inconnu au célébrissime Cantique de Jean Racine de Fauré, l’Ensemble Vocal Alingavia et l’organiste Antoine Janod vous convient à percevoir l’esprit de cette fin du XIXème siècle et à entendre comment les hommes de cette époque exprimaient leur ferveur religieuse, sentiment qui, lui, est intemporel.

2011