Ensemble Vocal Alingavia de Langeais
Qui sommes nous ?
Le choeur
Notre chef
Alingavia ?
Repertoire 2017
Repertoire 2016
Repertoire 2015
Repertoire 2014
Repertoire 2013
Repertoire 2012
Repertoire 2011
Repertoire 2010
Repertoire 2009
Repertoire 2008
Repertoire 2007
Repertoire 2006
Repertoire 2004
Salon V&D
Mariage
Concert a la carte
Presse 2017
Radio
Presse 2016
Presse 2015
Presse 2014
Presse 2013
Presse 2012
Presse 2011
Presse 2010
Presse 2006-2009
Integrer le choeur
Contacts
Page choriste accueil

Ned I vester


Hvad est du dog skjön


Opus 71 n°1


Danse norvégienne


Opus 66 n°19 Es war einmal en fa dièse min


Gjendines bådnlåt


Eadnan bakti


Bruremarsj


Halling


Plainte d’Ingrid


Dans la caverne du Roi


Chanson de Solveig


Mort D’Aase


Au matin


Danse arabe


Danse d’Anitra


Landkjending


Le retour de Peer Gynt


Scène des pelotes


Pinsesalme


Berceuse de Solveig / Pinsesalme

(Cliquez sur le player pour écouter l'extrait)

Peer Gynt : Eduard Grieg

d’après Peer Gynt d’Henrik Ibsen


Direction : Catherine Martin

Adaptation et récit : Hélène Poitevin

Piano : Philippe Lefèvre et Olivier Nizet

Décors : Danielle Marchal

Lumières : Cyril Lepage et Marine Pourquié


Suivi d’un choix d’œuvres chorales norvégiennes.

« Au matin », « La danse d’Anitra », « La berceuse de Solveig », « Dans la caverne du roi de la montagne »... des pièces très connues mais dont on ignore souvent qu’elles proviennent d’une musique orchestrale écrite par Edvard Grieg en 1875 à la demande d’Henrik Ibsen pour accompagner sa pièce de théâtre « Peer Gynt ».

Le personnage titre de cette pièce « fleuve », (plus de 5 heures), destinée à la lecture et non à la représentation, est un antihéros : fanfaron, rêveur, égoïste, aventurier mais peu courageux ! À travers les nombreuses péripéties de son aventure, en Norvège et à l’étranger, ce personnage picaresque, se trouve confronté à la grande question du sens de son existence et de son identité.


Dès la première représentation, la version de Peer Gynt avec musique de scène remporte un grand succès auprès du public. Grieg sélectionnera huit des vingt six pièces musicales et les groupera dans deux suites pour qu’elles soient interprétées en concert, soit en version symphonique soit en version piano seul. Ces suites connaîtront rapidement un succès international qui ne se dément pas.


L’adaptation qu’ont réalisée Hélène Poitevin et Alingavia pour ce spectacle (durée 1h20) comprend les principales scènes de la pièce d’Ibsen. Elle insère dans cette trame chronologique les huit pièces musicales des suites de Grieg et d’autres numéros de la musique de scène, transcrits par Catherine Martin, Olivier Nizier et Philippe Lefèvre pour chœur et piano à quatre mains. S’insèrent également dans cette trame, en lien avec l’action, des extraits d’une cantate pour chœur d’hommes de Grieg et des airs populaires norvégiens.


À la fin du XIXème siècle, la musique populaire norvégienne fait preuve d’une grande variété et d’une belle vitalité. Edouard Grieg, compositeur formé à la tradition musicale européenne, s’imprègne de ce précieux patrimoine et en nourrit ses œuvres, contribuant ainsi à la construction de l’identité nationale norvégienne, (la Norvège est jusqu’en 1905 sous dépendance suédoise) et à faire connaître la musique de son pays à l’étranger.

Dans une courte première partie, notre concert illustrera ce lien entre musique traditionnelle et musique savante en mettant en miroir des chœurs et des œuvres de Grieg pour piano écrites à partir de mélodies traditionnelles.


À cause de cette présence si essentielle des mélodies populaires norvégiennes dans son œuvre, Grieg, pour nous européens, est la Norvège, de même que pour Ibsen, Peer Gynt représente un portrait du tempérament norvégien, avec ses qualités et ses faiblesses. Et cependant, grâce au génie d’Ibsen et de Grieg, Peer Gynt, œuvre norvégienne, résonne au plus intime de chacun de nous par son universalité.

2015